Bouches-du-Rhône : découverte de cadavre de chèvres
By: Date: Categories:

Dans les Bouches-du-Rhône, il est fréquent de rencontrer des chèvres sauvages, qui font des misères aux viticulteurs de la région. Récemment, huit chèvres ont été retrouvées mortes. Lisez cet article pour vous informer de la situation.

Mortes et entassées

Des cadavres de chèvres ont été découverts dans les Bouches-du-Rhône. Lesdites chèvres sont sauvages et elles vivent dans la nature. Leur instinct de brouteurs les amène à attaquer les plantations viticoles. Cela fait d’elles les ennemis numéro 1 des viticulteurs. Ceux-ci se sont déjà plaints plusieurs fois et il semblerait que l’inaction les a poussés à réagir. Des cadavres de chèvres ont été retrouvés. Des chèvres tuées pas balle et entassées l’une sur l’autre au même endroit. Ces petits

indices mettent sur la piste que c’est l’action des hommes car comme le dit

Sylvie Vidal : « Ce ne sont pas elles qui se sont entassées pêle-mêle les unes sur les autres ».

Solution du maire

Pour pallier ce problème, le maire de Châteauneuf-les-Martigues a créé un système d’adoption. Près de 500 chèvres vivent en divagation dans les Martigues. Le maire propose de les faire adopter par des particuliers. Cette initiative permettra de résoudre deux principaux problèmes. 

Le premier c’est la divagation de ces animaux. Le deuxième problème serait l’arrêt des plaintes des viticulteurs et la diminution de l’impact de ces chèvres sur la production viticole locale. 

Cependant, l’association de Sylvie Vital ne soutient pas cette initiative du Maire et penche plutôt pour la castration de ces animaux afin de les laisser continuer à vivre à l’état sauvage, sans contraintes. Selon cette association la castration permettrait de réduire les naissances de chèvres et ainsi de maîtriser les naissances de ces animaux. Il faut noter que les associations de défense des droits des animaux doivent avoir été offusquées par ces meurtres d’animaux, qui pourraient être classés comme de la maltraitance animale.